Niveaux de l’eau – situation historique et actuelle

Décembre 2017

Il est prévu que le niveau du lac Winnipeg se situera à 713,4 pieds le 1er décembre 2017. On s’attend à ce que le niveau du lac demeure relativement constant, à près de 713,3 pieds, au cours du mois de décembre.

Pendant le mois de janvier, on s’attend à ce que le niveau du lac demeure relativement constant à près de 713,3 pieds.

La régularisation et les niveaux d’eau du lac Winnipeg

En 1970, Manitoba Hydro a obtenu sa première licence provisoire pour la régularisation du lac Winnipeg. Quand le niveau du lac se situe entre 216,7 m (711 pi) et 217,9 m (715 pi) au-dessus du niveau de la mer, Manitoba Hydro peut, en vertu de la licence accordée, régler le débit sortant selon les besoins pour la production de l’électricité le long du fleuve Nelson. En décembre 2010, Manitoba Hydro a soumis une demande pour une licence définitive.

Par moments, le niveau du lac est supérieur ou inférieur à ces niveaux (par exemple, pendant des périodes de ruissellement plus faible ou plus fort). Dans ces cas extrêmes, on procède à la régularisation du lac en vue de rétablir le niveau à l’intérieur des limites prévues par la licence, et ce, aussi rapidement que le permettent les conditions du débit entrant.

  • Lorsque le débit entrant est élevé et que le niveau du lac dépasse 217,9 m au-dessus du niveau de la mer, Manitoba Hydro doit maintenir un débit sortant maximal afin de rétablir le plus tôt possible le niveau du lac sous les 217,9 m.
  • Les périodes de sécheresse peuvent donner lieu à des niveaux inférieurs à 216,7 m au-dessus du niveau de la mer. Dans ce cas, c’est le ministre de la Conservation qui détermine le débit sortant du lac.

Idées fausses

Idée fausse no 1 : Manitoba Hydro maintient les niveaux du lac constamment élevés pour la production de l’électricité.

Depuis la mise en œuvre du Projet de régularisation du lac Winnipeg, le niveau du lac ressemble, tout au long du cycle annuel, à ce qu’il était avant la régularisation : le niveau monte au printemps en raison de la crue printanière, il atteint son plus haut niveau à l’été puis il baisse pendant l’automne et l’hiver. Le niveau moyen du lac n’a presque pas changé par rapport au niveau moyen de la période avant la régularisation.

  • Avant 1976, le niveau moyen du lac se situait à 713,4 pi au-dessus du niveau de la mer.
  • Depuis la régularisation, le niveau moyen est de 713,6 pi.

De plus, les grands écarts entre les niveaux les plus hauts et les plus bas ont été réduits considérablement. Grâce à la régularisation, le risque de niveaux élevés dévastateurs, tels ceux de 1966 et de 1974, a été réduit. En plus, la régularisation peut offrir une protection contre les niveaux extrêmement bas qui se produisaient naturellement au cours des années de sécheresse, telles que 1932, 1941 et 1962.

Les conditions météorologiques tels le vent et la pression atmosphérique peuvent donner lieu à des écarts considérables entre les niveaux du lac d’un endroit à l’autre. Par conséquent, Manitoba Hydro se sert des niveaux moyens quotidiens obtenus de huit indicateurs de niveau du gouvernement fédéral afin de déterminer le niveau du lac. Ces indicateurs se trouvent aux endroits suivants :

  1. Gimli
  2. Victoria Beach
  3. Pine Dock
  4. Matheson Island
  5. Berens River
  6. George Island
  7. Mission Point
  8. Montreal Point

Idée fausse no 2 : Manitoba Hydro maintient les niveaux de l’eau plus élevés à l’automne qu’ils ne le seraient sans la régularisation.

Les données historiques révèlent que les niveaux moyens quotidiens de l’eau après 1976 sont semblables aux niveaux moyens quotidiens avant la régularisation, y compris pendant les mois d’automne. Il n’est pas nécessaire de maintenir des niveaux d’eau plus élevés pour les raisons suivantes :

  • Les canaux plus profonds creusés dans le cadre du projet de régularisation ont été conçus pour surmonter les défis posés par le gel et le blocage par la glace. Ces canaux permettent à Manitoba Hydro de déverser au cours de l’hiver plus d’eau (pour la production de l’électricité) qu’il n’aurait été possible avec les mêmes niveaux de départ sans la régularisation du lac Winnipeg.
  • Nos fortes interconnexions (lignes de transmission) pour l’exportation vers les marchés d’électricité avoisinants améliorent la sécurité de l’énergie et la fiabilité pour les Manitobains. Nous pouvons déverser l’eau du lac en été et vendre le surplus d’électricité produite à nos clients aux États-Unis (qui la consomment pour la climatisation) et racheter l’électricité en hiver au besoin.
  • L’ouvrage régulateur de Manitoba Hydro à Jenpeg et les canaux connexes nous permettent de garantir qu’il reste suffisamment d’eau dans le lac pendant les années où le niveau de l’eau est moyen ou bas. Ainsi, nous maintenons presque chaque année un approvisionnement fiable en électricité produite dans les centrales du Nord.

Idée fausse no 3 : L’établissement d’une limite maximale moins élevée par rapport au niveau de l’eau éliminerait l’érosion des propriétés le long du lac.

L’établissement d’une limite maximale de 714 pi, telle que proposée par certains, n’aiderait probablement pas à régler de façon significative les questions de dommages aux propriétés, car le principal facteur contribuant à l’érosion des berges est l’action des vents. Facteurs qui influencent les niveaux de l’eau.

L’établissement de façon permanente d’une limite moins élevée pour l’exploitation du lac aux fins de la production de l’électricité n’aurait peu ou pas d’effet sur l’érosion et les dommages que subissent les propriétés le long du lac Winnipeg. Toutefois, une limite moins élevée aurait les répercussions suivantes :

  • augmenter le nombre d’inondations et les conséquences de celles-ci touchant plus de 15 000 personnes habitant les collectivités en aval du lac Winnipeg;
  • engendrer chez nous, et, par extension chez nos clients (qui paient des tarifs), des coûts s’élevant à plusieurs millions de dollars liés à la perte de production de l’énergie.
  • avoir des incidences environnementales sur le lac Winnipeg en raison de la baisse du niveau moyen du lac à long terme.