Plus de renseignements dans cette section

Des avantages évidents des interconnexions des deux côtés de la frontière

Cet article a été publié en juin 2021 et peut contenir des informations obsolètes.

Pylône le long de la ligne de transport d’électricité Manitoba – Minnesota.

Notre Projet de transmission Manitoba – Minnesota est une ligne de 500 kV qui va de la région de Winnipeg à la frontière américaine dans le sud-est du Manitoba, où elle se raccorde à la Great Northern Transmission Line.

Agrandir l’image : Pylône le long de la ligne de transport d’électricité Manitoba – Minnesota.

Le 15 juin, le groupe de réflexion américain Center for Climate and Energy Solutions (C2ES) a présenté un nouveau livre blanc intitulé Clean Connection: Canadian and U.S. Electricity lors d’une table ronde virtuelle organisée par l’ambassade du Canada à Washington, D.C. et parrainée en partie par l’Association canadienne de l’électricité.

Jay Grewal, présidente et chef de la direction de Manitoba Hydro, a participé à la table ronde et a fait part de ses réflexions sur l’importance de faire reconnaître les importations canadiennes d’hydroélectricité comme source d’énergie propre et sans carbone par les organismes de réglementation du gouvernement fédéral, des états et des régions des États-Unis.

« L’électricité jouera un rôle de plus en plus important dans la décarbonisation d’autres secteurs de l’économie, y compris le transport, le bâtiment et l’industrie », a déclaré Jay. « Nous devons nous assurer de disposer des connexions de transport qui permettront à nos voisins de tirer parti des ressources hydroélectriques dans le cadre de l’équation; nous devons également protéger ces connexions et notre réseau contre les menaces à la cybersécurité. »

En 2019, 73,8* millions de mégawattheures (MWh) d’énergie électrique ont traversé la frontière canado-américaine dans un sens et dans l’autre, produisant ainsi de nombreux avantages tant pour le Canada que pour les États-Unis, notamment une fiabilité accrue, une réduction de la pollution atmosphérique et des émissions de carbone et une meilleure résilience du réseau.

Les réseaux électriques de nos deux pays sont étroitement liés; en fait, ils représentent un seul réseau nord-américain, lequel est composé d’au-delà de 200 000 milles de lignes de transport d’électricité haute tension et de plus de 35 interconnexions.

Depuis plusieurs années, Manitoba Hydro se sert d’interconnexions comme moyen d’exportation de surplus énergétiques et de partage de réserves, ce qui contribue à maintenir les tarifs à un faible niveau pour les Manitobains et crée un filet de sécurité important en cas de sécheresse ou d’autres urgences du système.

« Nous utilisons également les interconnexions et la complémentarité des services publics de pointe en été aux États-Unis et du système de pointe en hiver au Manitoba pour conclure des accords d’échange de diversité avantageux, réduisant ainsi le besoin de nouvelles capacités dans les deux pays », a déclaré Karyn Scanlon, directrice de Wholesale Power Marketing.

Hélicoptère livrant des câbles jusqu’aux poulies au sommet d’un pylône de transmission.

Visionnez sur notre site YouTube la courte vidéo sur la construction de la ligne de transport d’électricité Manitoba-Minnesota qui a été achevée au printemps dernier.

Agrandir l’image : Hélicoptère livrant des câbles jusqu’aux poulies au sommet d’un pylône de transmission.

La valeur des interconnexions et de la libre circulation de l’énergie des deux côtés de la frontière a gagné en importance à mesure que différentes sources d’énergie renouvelable, telles que l’éolien et le solaire, ont été ajoutées au réseau.

Le livre blanc du C2ES affirme que le fait d’ajouter plus d’électricité à faibles émissions de carbone (c.-à-d. l’éolien, le solaire, le nucléaire et l’hydroélectrique) des deux côtés de la frontière à l’aide d’une capacité de transport d’électricité supplémentaire peut augmenter le commerce et permettre une construction plus efficace d’infrastructures électriques propres, aidant ainsi à veiller à ce que chaque pays atteigne ses objectifs en matière d’énergie propre de façon encore plus abordable et fiable.

Le C2ES et un récent rapport sur le commerce de l’électricité de la International Trade Commission des États-Unis soulignent la nouvelle interconnexion de transport d’électricité entre Minnesota Power et Manitoba Hydro, ainsi que l’unique accord d’achat d’électricité comportant des dispositions sur le stockage d’énergie éolienne comme exemples que d’autres services publics peuvent suivre.

« Malgré les relations de longue date et les avantages bien connus, les politiques américaines peuvent ne pas toujours reconnaître les grandes centrales hydroélectriques ou l’électricité importée comme étant renouvelables ou propres », a déclaré Kristel Arnold. « La défense des intérêts demeurera importante pour s’assurer que les Manitobains obtiennent la meilleure rentabilité possible pour leur réseau d’hydroélectricité propre, fiable et souple. »

Le livre blanc du C2ES va dans le même sens, affirmant que : des signaux en matière de politique sont nécessaires dès maintenant pour aider à inciter les décisions d’investissement et créer l’environnement réglementaire nécessaire pour poursuivre l’intégration qui peut atteindre ces objectifs climatiques critiques.

Le Canada et les États-Unis cherchent tous deux à réaliser un vaste programme de décarbonisation à l’échelle de l’économie au cours des prochaines décennies, et l’électricité propre et branchée en est la pierre angulaire. Une intégration plus poussée de l’électricité peut aider à atteindre ces objectifs de façon fiable et abordable.

Reconnaissant le besoin croissant de produire une électricité sans émissions et les infrastructures connexes, le président Joe Biden et le premier ministre Justin Trudeau « ont convenu d’adopter une approche coordonnée pour accélérer les progrès vers des infrastructures énergétiques durables, résilientes et propres, notamment en favorisant le développement du transport transfrontalier d’électricité propre. »

D’ici 2030, les États-Unis et le Canada visent tous deux des réductions des émissions de gaz à effet de serre de 50 à 52 % et de 40 à 45 % respectivement par rapport aux niveaux de 2005.

Le Canada s’est engagé à ce que 90 % de sa production d’énergie électrique soit sans émissions d’ici 2030.

Les États-Unis se sont fixés pour objectif un secteur énergétique neutre en carbone d’ici 2035.

En 2020 :

La production d’électricité au Canada était de 80,9 % sans émissions (60,2 % d’hydroélectricité, 14,6 % d’énergie nucléaire, 5,7 % d’énergie éolienne et 0,4 % d’énergie solaire)

La production d’électricité aux États-Unis était de 39,5 % sans émissions (19,9 % d’énergie nucléaire, 7,3 % d’hydroélectricité, 8,3 % d’énergie éolienne, 2,2 % d’énergie solaire, 1,8 % d’autres énergies renouvelables).

*Cela équivaut à l’énergie nécessaire pour alimenter sept millions de foyers.