Plus de renseignements dans cette section

Installation d’un monument commémoratif de la Seconde Guerre mondiale rendant hommage aux employés de la Manitoba Power Commission

« Ils ont servi pour que vive la liberté »

Plaque commémorative de bronze.

La plaque de bronze rendant hommage aux employés de la Manitoba Power Commission qui ont servi et qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale, installée à la Place Manitoba Hydro.

Agrandir l’image : Plaque commémorative de bronze.

Une plaque de bronze de la Manitoba Power Commission, créée en 1949 pour rendre hommage à ses employés qui ont servi et qui ont péri pendant la Seconde Guerre mondiale, a été réinstallée dans la galerie publique du rez-de-chaussée de la Place Manitoba Hydro pour le jour du Souvenir 2022.

La plaque avait d’abord été installée au siège social de la Manitoba Power Commission, sur l’avenue Donald. La Manitoba Power Commission, qui était le prédécesseur de Manitoba Hydro, était chargée de fournir de l’électricité aux régions rurales du Manitoba. La plaque a ensuite été installée à l’ancien siège social de Manitoba Hydro, au 820, avenue Taylor, et a été déplacée à la Place Manitoba Hydro en 2018, lorsque les employés ont déménagé au siège social du centre-ville. Elle était entreposée jusqu’à maintenant.

La plaque est installée sur le mur à l’angle du jeu d’eau le plus proche de l’avenue Portage. Elle figure également dans la Base de données des monuments commémoratifs militaires canadiens administrée par Anciens Combattants Canada.

À propos de la plaque – 1949

Extrait du bulletin des employés de la Manitoba Power Commission de septembre à octobre 1949, The Bulletin :

LE TABLEAU D’HONNEUR

En guise d’hommage permanent aux membres du personnel de la Manitoba Power Commission qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale, une plaque de bronze a été érigée pour remplacer un tableau d’honneur temporaire qui était suspendu dans notre siège social à Winnipeg depuis la guerre.

Sur la plaque montrée ci-dessus figurent les noms de quatre hommes qui ont perdu la vie dans la lutte pour la liberté : J. M. Bissett, Médaille du service distingué dans l’Aviation; W. J. Hesp; A. J. Normandeau et F. Piercy.

La plaque a été conçue par Percy R. Marsh de Winnipeg.

Le comité du tableau d’honneur était composé de : Bob Coxe, de la comptabilité, Doug Wade, des approvisionnements, et Parry Power, responsable du personnel.

Nous nous souviendrons d’eux.

Jack Montgomery Bissett

Jack Montgomery Bissett.

Chef d’escadron Jack Montgomery Bissett, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : Jack Montgomery Bissett.

Il a été tué le 31 mars 1944 lorsque le bombardier Halifax qu’il pilotait a été abattu par un chasseur de nuit allemand au retour d’un bombardement sur la ville allemande de Nuremberg. Les enregistrements de vol indiquent que l’avion a explosé en plein vol et s’est écrasé à Herhahn, en Allemagne.

J. M. Bissett, un chef d’escadron de l’Aviation royale canadienne, a reçu la Médaille du service distingué dans l’Aviation au palais de Buckingham le 7 mai 1943 après avoir effectué 26 sorties. Le paragraphe se lit comme suit : « Le chef d’escadron J. M. Bissett a fait preuve de beaucoup de courage et de détermination pour accomplir ses missions avec succès. Il a pris part à de nombreuses sorties, y compris des attaques sur diverses cibles dans la région bien défendue de la Ruhr. Capitaine intrépide, son exemple a été une source d’inspiration. »

Né à Pilot Mound, J. M. Bissett s’est joint à la Manitoba Power Commission en juin 1940 et s’est enrôlé dans l’Aviation royale canadienne en avril suivant.

Extrait du bulletin de la Manitoba Power Commission d’octobre 1944 (à sa mort) :

« Ses camarades de la Commission ont suivi avec beaucoup de fierté sa brillante carrière dans l’armée de l’air. Au printemps de cette année, il a été décoré par le Roi au palais de Buckingham. J. M. Bissett a été tué lors de sa deuxième série de vols opérationnels.

Il est inutile d’essayer d’exprimer par des mots la douleur causée par la mort d’un jeune homme de cette trempe. Mais peut-être est-ce une consolation de savoir que J. M. Bissett a vécu, ces dernières années, une vie des plus riches en expériences – une vie plus remplie que nous, qui sommes à la maison, ne pourrons jamais connaître. »

J. M. Bissett est enterré au cimetière de guerre de Rheinberg en Allemagne. Il y a 3 326 militaires du Commonwealth de la Seconde Guerre mondiale qui sont enterrés ou commémorés au cimetière de guerre de Rheinberg. La majorité d’entre eux étaient des membres du personnel navigant.

William John Hesp

William John Hesp.

Navigateur William John Hesp, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : William John Hesp.

Il a été tué le 29 août 1942 au retour d’un bombardement de nuit sur des dépôts ferroviaires à Saarbrücken, en Allemagne, près de la frontière française. Il servait comme navigateur sur un bombardier Wellington dans la Royal Air Force. Son avion s’est écrasé sur la rive sud de l’Aisne à Attigny, en France. Sa tombe se trouve au cimetière communal d’Attigny. Il avait 27 ans.

Il était commis de bureau pour le service des achats de la Manitoba Power Commission de 1939 à son enrôlement le 7 janvier 1941.

Extrait du bulletin de la Manitoba Power Commission de septembre 1942 (lettre de W. J. Hesp au personnel de la Commission) :

« Finalement, je n’ai pas réussi à faire partie du même équipage que Jack Bissett. Il est venu dans cette station il y a quelques jours à peine. Si j’étais arrivé deux ou trois semaines plus tard, nous aurions pu être coéquipiers.

Le destin en a voulu autrement. Il a été affecté à une station de vol avancée pendant environ trois mois.

J’étais dans l’équipage d’un pilote canadien – tout l’équipage était canadien en fait –, mais il semble qu’on n’ait pas aimé la façon dont il a manœuvré l’aéronef, et il a été retiré du groupe aujourd’hui. Je crois que je vais maintenant avoir un Anglais comme pilote – un type qui a effectué des vols opérationnels pendant un certain temps, mais qui a perdu son équipage quand quelqu’un a emmené celui-ci en raid pendant son absence. Il est venu ici pour en constituer un autre.

Je ne l’ai pas encore rencontré, mais je devrais savoir ce qui en est demain.

Ça doit être agréable pour les hommes – d’être au travail avec toutes ces belles femmes dans le bureau. »

Extrait du bulletin de la Manitoba Power Commission de février 1943 (à sa mort) :

« Nous avons reçu des nouvelles définitives, confirmant le décès de Bill Hesp. Il a été enterré dans une petite ville de France – et ainsi se termine une autre interminable attente pour la famille et les amis. Les membres du personnel de la Commission qui ont connu Bill ne sont pas près de l’oublier. Sa joie de vivre nous manquera quand l’ancien personnel nous reviendra, après la guerre. »

Alphonse Jean Paul Normandeau

Alphonse Jean Paul Normandeau.

Sous-officier breveté de 1re classe Alphonse Jean Paul Normandeau, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : Alphonse Jean Paul Normandeau.

Il a été tué le 16 mars 1944 dans un accident d’entraînement en Angleterre. L’avion de A. J. P. Normandeau, mitrailleur à bord d’un bombardier Halifax, effectuait des exercices de bombardement à basse altitude en plein jour lorsqu’il est sorti des nuages (article en anglais seulement) et s’est écrasé près de York. Tous les membres de l’équipage ont été tués. A. J. P. Normandeau avait 24 ans. Il est enterré au cimetière d’Harrogate (Stonefall). La plupart des tombes qui s’y trouvent sont celles de membres d’équipages aériens, les deux tiers appartenant aux forces canadiennes.

Avant de s’enrôler dans l’Aviation royale canadienne le 20 juin 1941, il était commis pour la Manitoba Power Commission, au siège social de Winnipeg.

Reginald Frank Piercy

Reginald Frank Piercy.

Chef d’escadron Reginald Frank Piercy, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : Reginald Frank Piercy.

R. F. Piercy, mitrailleur à bord d’un bombardier Halifax, a été tué le 25 février 1945 alors que son vol effectuait une opération de minage de nuit (article en anglais seulement) dans le fjord d’Oslo, en Norvège. Tout l’équipage a été tué et a disparu sans laisser de trace. R. F. Piercy avait 25 ans, et sa mémoire est honorée sur le monument commémoratif de Runnymede, près de Londres. Un lac au nord de Churchill porte son nom.

Avant de s’enrôler, il avait travaillé dans une équipe de construction rurale pour la Manitoba Power Commission pendant trois ans.

Extrait du bulletin de la Manitoba Power Commission d’avril à mai 1945 :

« Les camarades de la Commission de Frank Piercy ont été affligés d’apprendre qu’il avait été porté disparu en mars. R. F. Piercy avait travaillé dans l’équipe de construction de George Chamberlain pendant trois ans avant de s’enrôler dans l’armée de l’air comme mitrailleur. Nous espérons que quelque part, il est sain et sauf et que bientôt, sa famille et ses amis seront soulagés de leur chagrin et de leur angoisse. »

Autres noms

Art Towers.

Art Towers, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : Art Towers.

Tommy Tawse.

Tommy Tawse, Aviation royale canadienne.

Agrandir l’image : Tommy Tawse.

Parry Power.

Parry Power.

Agrandir l’image : Parry Power.

  • Art Towers – Il a commencé à travailler pour la Manitoba Power Commission à Brandon en tant que garçon de bureau à la fin des années 1930 et, en 1940, il était comptable des marchandises au siège de la Commission. Il s’est enrôlé en 1941 et a été navigateur dans l’Aviation royale canadienne. Son avion a été abattu lors d’une mission sur Berlin en 1944. Deux membres de l’équipage sont morts. A. Towers était blessé et a été hospitalisé dans un camp de prisonniers de guerre allemand. Lorsqu’il s’est rétabli, il a tenté de s’échapper avec un autre prisonnier. Il faisait partie des milliers de prisonniers libérés à la fin de la guerre en 1945. Au printemps 1975, il a pris sa retraite de Manitoba Hydro, où il était directeur adjoint du marketing.
  • Tommy Tawse – Il était affecté au 122e Escadron de l’Aviation royale canadienne, basé à Patricia Bay, en Colombie-Britannique, pour protéger la côte ouest du Canada. À la fin de la guerre, il est retourné à Brandon afin de travailler comme monteur de lignes pour la Manitoba Power Commission. Il était l’un des deux employés de la Commission qui furent tués le 13 septembre 1957 dans l’explosion de la centrale à vapeur de Brandon. Il avait 32 ans.
  • Parry Power – En mai 1945, après la fin de la guerre en Europe, P. Power, un résident de Virden, s’est porté volontaire pour le théâtre de guerre du Pacifique. Il était dans l’infanterie. Avant la guerre, il était secrétaire par intérim du conseil d’administration de la Manitoba Power Commission. Après la guerre, en 1946, P. Power est retourné travailler pour la Commission. À la même époque, il a obtenu un baccalauréat en commerce de l’Université du Manitoba. Trois ans plus tard, il a créé le service du personnel, dont il a été le chef jusqu’en 1966, date à laquelle il a créé le poste de directeur du personnel. Lorsqu’il occupait ce poste, il a créé l’organisme Hydro-X pour les employés retraités. Il a également officié à la First Scientist Church of Christ. Il est décédé le 28 janvier 1988, à l’âge de 64 ans. Il était alors le plus ancien employé de la société de service public d’hydroélectricité.